Preux-Chevalier

Poésie, culture et littérature... Balades, drôleries, photographies... Et puis la nostalgie de ces amours perdues qui ne durent qu'un temps mais qu'on pleure toute sa vie. Preux-Chevalier brandit son épée et pourfend le néant!

mercredi 25 mai 2011

Naïade

naturesauvage2011

Les minutes passent
Telles des gouttes d'eau
Inscrivant leur passage
- Tant de larmes émues -
Creusant ta beauté triste
Autrefois tant chantée,
Admirée mais pleurée
De ne l'avoir revue
Ni jamais retrouvée
Dans ce néant du cœur
Qui a fait de ma vie
Le tombeau du malheur,
Des regrets infinis...

Posté par preuxchevalier à 23:51 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire